Header Top
Logo
Logo
Corpo Pagina
Breadcrumbs
colonna Sinistra
Lunedì 26 aprile 2021 - 19:31

Interview avec Trillet-Lenoir

Bonjour à tous et bienvenue sur Askanews 

En février 2021, la Commission européenne a présenté son initiative phare longtemps attendue – le Plan européen de lutte contre le cancer (Europe’s Beating Cancer Plan) – qui repose sur quatre piliers : la prévention, le diagnostic, le traitement, et la qualité de vie des patients atteints de cancer. 

Le Parlement européen a octroyé un mandat d’un an au comité BECA, un comité spécial sur la lutte contre le cancer, pour travailler sur son propre projet de rapport. Askanews organise une série d’interviews pour apprendre directement des membres du comité BECA quelles sont leurs priorités, ainsi que leurs engagements, et comment leur rapport s’intégrera dans le programme européen.

Je suis Lorenzo Peiroleri rédacteur en chef d’Askanews et j’ai le grand plaisir d’interviewer notre première invitée, Madame Véronique Trillet-Lenoir, membre du groupe Renouveau du Parlement européen et ancienne oncologue. Elle est rapporteur du rapport de BECA et dirige les discussions qui façonneront le projet de la position finale du Parlement européen.

Bienvenue Madame Trillet-Lenoir. Merci de nous avoir rejoints aujourd’hui.

Quelles sont les principales priorités du Plan cancer et quel soutien attendez-vous de l’Union européenne ?

En premier lieu, nos objectifs sont bien sûr la recherche et l’innovation. Nous avons besoin du niveau européen pour réunir toutes les compétences multidisciplinaires partout en Europe, et même au-delà de ses frontières. L’objectif principal est de travailler sur les big data, qui sont d’une grande importance pour la prédiction et le traitement du cancer, ce qui nécessite l’utilisation de l’intelligence artificielle. Le projet, qui est soutenu par l’Union européenne, sera d’ailleurs principalement axé sur l’intelligence artificielle. Toujours est-il que la recherche doit aussi travailler sur les causes du cancer, qu’il s’agisse de causes individuelles, génétiques ou environnementales. Et enfin, j’estime aussi que les sciences humaines devraient être intégrées dans les programmes, afin que les aspects psychologiques et personnels soient également pris en compte. Nous sommes impatients d’inclure notre réflexion dans le concept du Pacte vert (Green Deal). Je suis d’avis qu’un grand nombre des mesures du Pacte vert concernent la prévention du cancer, la pollution de l’air, les agents cancérigènes environnementaux et l’exposition à des agents cancérigènes au travail. 

En effet, le Pacte vert sera complémentaire aux activités que vous menez et à la lutte contre le cancer. Après avoir entendu les scientifiques et en étant vous-même médecin, quelles sont pour vous les politiques primordiales que vous aimeriez voir dans votre Rapport ?

Il y a deux priorités que j’aimerais défendre. Peut-être que je vais y réussir. La première priorité consiste à mettre en place une sorte de réseautage de l’Institut national du cancer ou des organisations nationales de lutte contre le cancer, pour assurer que la coordination fonctionne bien. J’aimerais également avoir une Charte par laquelle les États membres s’engagent à garantir un certain nombre de droits à tous les patients atteints de cancer en Europe.

Comment le rapport Beca s’intègre-t-il dans le Plan pour vaincre le cancer de la Commission ? Contiendra-t-il des propositions législatives ou contraignantes ?

Il ne s’agit pas d’un plan législatif en soi, mais il s’appuie sur de nombreux aspects législatifs qui seront révisés ou même rédigés pour la première fois après que le plan aura été négocié entre la Commission, le Parlement et le Conseil. Par exemple, il y aura certainement des révisions des directives sur l’alcool, le tabac et la santé au travail. Dans le cadre de la Stratégie pharmaceutique européenne, il y aura des révisions des directives concernant les médicaments orphelins et les essais cliniques. Et bien sûr, il y aura tout le paquet législatif du Green Deal. Toutefois certaines mesures du plan seront simplement des recommandations, des incitations et des lignes directrices pour s’assurer que les États membres seront en mesure d’améliorer le niveau de qualité des soins, des diagnostics ou de la prévention.

Q On dirait que l’accent sera mis sur le fait que les États membres de l’UE devront mettre à jour leurs différentes réglementations et lois. Pour en revenir au plan, outre les auditions scientifiques et universitaires que vous avez menées au sein de la Commission, sur quelles sources comptez-vous vous appuyer pour rédiger le rapport Beca ? 

Nous travaillons sur la base d’un travail bibliographique qui a été réalisé par les services du Parlement ; nous avons ajouté – et nous aurons encore – des auditions avec des experts sur la prévention, sur les cancers pédiatriques, sur la vie après le cancer, sur la recherche, sur l’environnement, etc.

Nos auditions ont également inclus un représentant des associations de patients. C’est donc, bien sûr, un élément très important. Comme je l’ai dit, l’implication des États membres n’est pas la même d’une partie de l’Europe à l’autre, mais il y a des États leaders ; la France étant clairement un leader sur l’organisation à grande échelle, mais nous, en tant que Français et plus globalement, les peuples du sud et de l’est de l’Europe, avons beaucoup à apprendre de l’Europe du nord en matière de prévention. Nous devons donc évidemment travailler ensemble pour nous assurer que nos décisions sont fondées sur des preuves et aussi pour échanger les pratiques et l’expertise d’un pays à l’autre.
Cela semble une tâche très ambitieuse. Quelle est l’importance de la prévention et comment allez-vous aborder ce thème ?

La prévention sera une partie très importante de notre plan. 40 % des cancers peuvent être évités si on agit sur les habitudes individuelles : le tabac, l’alcool, la sédentarité. Il y a aussi la mauvaise alimentation, mais aussi les expositions environnementales et sociales. Nous devons travailler sur l’éducation, sur les formations, sur l’environnement. Ce type de prévention a été résumé dans le Code européen contre le cancer, produit par l’Agence internationale contre le cancer, avec laquelle nous travaillons en étroite collaboration. Le niveau européen est également requis pour optimiser de nombreux aspects du diagnostic et du traitement. Il existe de fortes disparités en matière de cancer, de détection précoce et de dépistage. Nous voyons que l’adhésion à un programme de prévention varie de six à quatre-vingt-dix pour cent en Europe. Nous devons donc vraiment travailler sur ces disparités. L’objectif est que 90 % des citoyens se voient proposer un programme de dépistage du cancer du sein, du côlon et de l’utérus sans oublier la vaccination, car pour lutter contre certains types de cancers, la vaccination des adolescents, et même des moins jeunes, est très importante. 
Une partie essentielle de la prévention consiste à réduire les risques. Les politiques de réduction des risques étant un sujet très discuté, en particulier pour le tabac, quelle est votre opinion sur le vapotage et les produits de réduction des risques ?

Mon avis et celui du Comité, je suppose, serait d’inclure ces nouveaux outils dans la directive tabac et de formuler des recommandations. Je suis d’accord qu’ils sont moins nocifs que le tabac, mais aussi qu’il faudrait d’abord nous assurer qu’ils ne présentent pas d’autres types de toxicités. Et ensuite, il faut s’assurer que les e-cigarettes n’entrainent pas des personnes qui ne fument pas vers le tabagisme. L’expertise est toujours en cours, mais nous ne pouvons plus ignorer ce type d’outils. Nous devons donc vraiment les inclure dans les outils législatifs.

Ainsi, diriez-vous que vous êtes en faveur du vapotage comme une alternative à moindre risque du tabagisme ?

Eh bien, vous savez, je ne suis pas une experte en la matière, mais je fais vraiment confiance aux experts spécialisés dans ce domaine qui affirment qu’il y a moins de nocivité comme vous venez de le dire. Néanmoins, nous devons vraiment être prudents quant aux autres potentiels effets secondaires. Ma position serait de poursuivre l’évaluation et d’inclure ces types de comportements des fumeurs dans nos textes législatifs.

Pensez-vous que la pollution atmosphérique et les facteurs environnementaux sont parfois laissés à l’écart par rapport à d’autres éléments comme les modes de vie et la prévention ?

Il est beaucoup plus facile de corréler une habitude individuelle avec l’apparition d’un cancer, que de corréler celui-ci avec une exposition environnementale difficile à mesurer. Je pense toutefois que notre manière de penser a changé, de sorte que le tabac, l’alcool, mais aussi la nutrition et l’exposition au soleil sont toujours largement pris en compte. Mais nous devrions aussi travailler sur d’autres facteurs. Ce n’est pas facile, mais ce sera plus facile si nous le faisons tous ensemble. Et bien sûr, la pollution étant capable de traverser les frontières, il y a un intérêt médical à travailler ensemble.

Que pouvons-nous apprendre de la situation actuelle du Covid-19 en matière de traitement du cancer ?

Les patients atteints de cancer ont souffert du report de certains traitements, notamment des interventions chirurgicales. Ils ont également souffert du dépistage ou diagnostic tardif et, comme beaucoup de personnes vulnérables, ils connaissent actuellement des problèmes psychologiques, ce qui signifie que la santé mentale est donc également concernée. 

Dans le même ordre d’idées, le plan Beca se penchera-t-il sur l’accès à la médecine et les pénuries de médicaments ?

À l’initiative du Parlement, nous avons déjà rédigé un rapport, qui n’est donc pas un texte législatif mais contient des avis pour influencer la commission sur les pénuries. Et nous avons clairement identifié les médicaments contre le cancer comme des urgences dans la lutte contre les pénuries. Il faudra organiser un système de stockage. L’industrie devra changer sa façon de produire. Elle devra également créer des stocks et se préparer. Et nous réfléchissons à des incitations pour que les producteurs de substances actives reviennent en Europe, car comme vous le savez peut-être, 80 pourcent de ces produits très simples, mais indispensables, sont fabriqués en dehors de l’Europe, et il en va de même pour les vaccins. Donc, oui, nous allons travailler sur les pénuries et les médicaments contre le cancer seront probablement le premier type de traitement qui sera évalué et traité.

Q Une dernière question concernant votre rapport. Vous avez mentionné que le comité BECA doit faire face à de nombreux problèmes. Si vous ne pouviez en choisir qu’un seul, quel serait votre choix primordial ?

La recherche 

La pollution environnementale (par exemple la pollution de l’air

La prévention et les choix de mode de vie

L’accès et les traitements

C’est un choix très difficile, mais je choisirais la recherche, parce qu’elle constitue un moyen de transfert pour traiter tous les autres problèmes. Il y a des études sur la qualité des soins, sur des habitudes individuelles, sur la pollution environnementale, etc. Je crois donc que je choisirais la recherche.

Merci beaucoup, cet entretien a été très instructif. Merci Véronique Trillet-Lenoir de nous avoir rejoints.

Merci à nos téléspectateurs et rendez-vous pour notre prochaine interview avec un autre membre du Comité BECA. Pour recevoir des informations actuelles sur les discussions relatives au plan européen contre le cancer, consultez notre section AskaEurope sur www.askanews.it

CONDIVIDI SU:
articoli correlati
ARTICOLI CORRELATI:
Contenuti sponsorizzati
Barra destra

Torna su